23 juin 2005

Aujourd'hui, je prends le RER et j'attends sur le quai que celui arrive. Quand tout à coup, j'ai un flash en regardant le panneau qui affiche les gares desservies et je remarque alors que le mot long est plus court que le mot court. Alors est ce une chose voulue ou une bizarrerie de notre langue française. Si je n'arrive pas à y répondre est-ce parce que je n'ai pas suffisamment de connaissances sur la langue française ou est-ce parce que c'est une question absurde. Je reste convaincu que c'est une question qui mérite d'être posée et à laquelle une batterie d'experts devraient répondre. Content d'avoir trouvé une question qui en laisserait plusieurs perplexes je monte dans ce train qui va me mener à mon travail. Comme d'habitude j'ai bien pris attention d'emmener de la lecture car même si mon trajet est court, il n'en reste pas moins ennuyeux. Le train s'ébranle (j'adore cette tournure un peu cliché) et je commence à feuilleter mon magazine et m'arrête sur un article sur l'industrie de la pornographie. Je tiens à signanler que je n'achète pas ce genre de magazines avec des sujets raccoleurs, ceux là, je ne les lis que chez mon medecin ou mon coiffeur (mon medecin est un type bizarre mais marrant). Je m'arrête sur un article sur l'industrie de la pornographie, disais je, et je lis selon l'enquête très sérieuse du journaliste que certaines actrices qui feraient ce métier auraient subi des sevices sexuels durant leur enfance ou leur adolescence et qu'elle reproduiraient des expériences qui s'inscriraient dans une normalité. Des situations sexuelles mais aussi des situations de domination et de soumission. J'ai été scotché par cet article. Les filles interviewées se considèrent comme "des cochonnes" et acceptent sans problème d'être brutalisées par les acteurs. Le journaliste évoque un film (gorges profondes) des années 70 qui serait rentré dans les annales (tres drôle) de la pornographie et ou l'actrice principale aurait subi les violences de son partenaire, celui-ci allant même jusqu'à utiliser un revolver pour la menacer. Ce reportage m'a écoeuré, je n'arrivais pas à croire tout ce que je pouvais lire. Je vous passe les détails sur ces filles qui saigne pendant les sodomies et sur lesquelles les acteurs crachent en leur reprochant de gâcher les scènes. Il y a quelques années, je suis allé à un salon du X avec un pote par curiosité. En tant que mec, la pornographie fascine un peu, se dire qu'il existe des mecs payés pour ça, on les envie un peu. Mais dans ce salon j'ai vite déchanté, en effet, il règnait une atmosphère mafieuse dans cet endroit. Les filles étaient à moitié nues pour signer leurs photos ou videos et les hordes de mecs qui faisaient le queue pour attendre leur autographe faisait mal au coeur. Chacun d'eux en profitait pour prendre des photos avec les actrices et les tripoter un peu. En me promenant dans les allées, j'ai pu discuter avec quelques actrices de petites productions et à la question si elles font ça par plaisir ou pour l'argent, la réponse a toujours était la même : pour le plaisir. Réponses avec le sourire s'il vous plait avec les videos de ces mêmes actrices qui tournent sur des écrans derrière et ou on les voit dans diverses positions, on a du mal à le croire. Au bout de deux heures de passage dans les allées, j'ai fini par en avoir la nausée. Voir toutes ces femmes les unes à côté des autres exposées comme du bétail donne mal au coeur. Je ne suis pas du genre à dire que les femmes ne devraient pas se montrer nues et que c'est une honte, chacun est libre de faire ce qu'il veut, ce n'est pas le probleme. Les femmes sont très belles et ont des corps magnifiques mais c'est l'esprit dans lequel règne cette profession qui me dérange.

Posté par buldrin à 23:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Aujourd'hui, je prends le RER et j'attends sur le

Nouveau commentaire